22/11/2013

Contradiction entre analyse marxienne et subjectivité petite-bourgeoise

Nous vivons dans une société petite-bourgeoise.

80% de la population pense appartenir à la classe moyenne.
Autrement dit, si conscience de classe il y a, cette conscience de classe entre en totale contradiction avec les catégories analytiques marxiennes.

Aujourd'hui, nous avons une société petite-bourgeoise qui se pense petite-bourgeoise, se vit petite-bourgeoise, et a des aspirations petite-bourgeoises, dont les membres agissent en petit-bourgeois.

Un enseignant est selon les catégories marxistes contemporaines un travailleur (c'est après tout un salarié qui vend sa force de travail intellectuelle). Mais un enseignant ne pense pas ce mot "travailleur", et ne se pense pas en fonction de ce référentiel.
Un enseignant se pense généralement comme un membre de l'honorable classe moyenne (éventuellement inférieure ou supérieure, c'est selon).

Les jeunes étudiants fils d'enseignants, de 68 ou de 2013, sont-ils des petit-bourgeois ?
Ils ne se pensent pas travailleurs, encore moins prolétaires.

La catégorie "travailleurs" a clairement perdu de son sens de nos jours.

Nous sommes donc face à une contradiction entre subjectivité et analyse marxiste qui se veut rationnelle.
Est-ce une question de lutte culturelle ?
Ou bien est-ce une donnée fatale et nécessaire à entériner d'un point final ?


 

18:47 Écrit par Adrien Faure dans Analyse marxienne vs subjectivité petite-bourgeois | Lien permanent | Commentaires (29) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg