27/08/2013

ANTI-NOMES (II)

L'argument principal du Nouveau Mouvement Européen Suisse (NOMES) en faveur de l'adhésion de la Suisse à l'Union Européenne (UE) consiste à dire que en rejoignant l'UE notre pays aura son mot à dire dans ce qui lui est imposé aujourd'hui d'office.

Si je comprends le raisonnement, je ne peux que le trouver erroné.
Il me paraît en effet évident que ce n'est pas en envoyant quelques élus suisses parmi la bureaucratie uenienne que nous aurons la moindre chance de peser sur son évolution. Sans oublier que l'UE n'est pas une organisation démocratique et que donc même avec des élus dans ses structures, nous ne pourrons de toute façon pas réellement peser sur son fonctionnement...

Non, décidément, l'adhésion à l'UE n'a pas de sens.
La solution réside bien plutôt dans la formation d'une confédération européenne socialiste ! Une telle confédération, réellement démocratique, pourrait représenter la meilleure arme de la Suisse et des peuples en lutte pour leur liberté contre la bureaucratie uenienne.
 

16:35 Écrit par Adrien Faure dans ANTI-NOMES | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

26/08/2013

ANTI-NOMES



Malgré le fait que 82% des Suisses soient opposés à une adhésion de notre pays à l'Union Européenne (UE), ce n'est absolument pas le cas de la classe politique, dont la majorité des représentants restent pro-UE, y compris à gauche...

C'est probablement un résidu de la rêverie trotskiste des États-Unis Socialistes d'Europe, ou tout simplement le désir de rejoindre la bureaucratie parasitaire uenienne, qui poussent des membres de gauche, notamment du Parti Socialiste de défendre l'adhésion de la Suisse à l'UE.

Camarades, il ne faut pas confondre internationalisme et supra-nationalisme !
Le fédéralisme, dans une vision socialiste, doit aller aussi loin qu'il peut aller sans trop affaiblir la souveraineté et l'autonomie des individus. Ensuite c'est au confédéralisme de prendre le relais.

En outre, la libérale et antidémocratique UE n'est qu'une coûteuse machine bureaucratique au service des intérêts des classes dominantes qui mène de terribles et meurtrières politiques d'austérité !

Face à ce dangereux engouement pour un outil du capitalisme, il est du devoir des militants socialistes de former une organisation rassemblant toute la gauche opposée à l'Union Européenne, un ANTI-NOMES.

23:59 Écrit par Adrien Faure dans ANTI-NOMES | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg