23/02/2017

Prémisses au raisonnement utilitariste

 

 

Considérez :

« A rule of regulation is ''a device for having certain effects'', which we adopt or not, in the light of an evaluation of its likely effects, and therefore, in the light of an understanding of the facts. And we evaluate those effects, and thereby decide which fact-bound principles to adopt, by reference to principles that are not devices for achieving effects but statements of our ultimate and fact-free convictions. »

Gerald Cohen, 2008 (Rescuing Justice and Equality, chapter 6)

Nous avons ici une distinction entre rules of regulation (fact-bound principles) et statements of our ultimate and fact-free convinctions qui correspond, je pense, à la distinction entre arrangements institutionnels choisis pour leurs conséquences positives et ce qui justifie une telle méthode conséquentialiste.

Jakob Elster propose une autre formulation de cette distinction :

« In our search for the principles of deep morality, we seek principles which express the moral truth, whereas in our search for the best rules of regulation, we seek the principles which will have the best consequences. »

(cf. How outlandish can imaginary cases be ? 2017).

Il distingue les rules of regulation conséquentialistes de Cohen et ce qui justifie l'adoption de telles règles (la deep morality).

Le raisonnement utilitariste, quant à lui, permet de déterminer des rules of regulation. Il se fonde sur une deep morality composée des éléments suivants (cf. Malik Bozzo-Rey et Emilie Dardenne, in Deux siècles d'utilitarisme, 2011) :

- welfarisme
- conséquentialisme
- maximisation
- agrégation
- universalisme et impartialité

Ces prémisses au raisonnement utilitariste peuvent être challengées, elles ne sont pas forcément intuitives, elles ne sont donc pas (forcément) des axiomes. Le travail de la philosophie morale utilitariste consiste alors (elle l'a fait et le fait) à développer une argumentation en faveur de la meilleure interprétation possible de ces éléments (dont il existe diverses théories), car c'est seulement si ces cinq composantes sont valables que le raisonnement utilitariste se tient. Les axiomes du raisonnement utilitariste se trouvent donc au fondement de l'argumentation en faveur d'une certaine interprétation de ces cinq prémisses.

J'y reviendrai.

 

 

 

16:45 Écrit par Adrien Faure dans Utilitarisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.