11/09/2014

Marx et l'Etat

Marx a défendu le dépérissement de l'Etat, cela est un fait incontestable. Mais ce qu'il s'agit d'appréhender justement est ce qu'il entendait par là. A mon sens Marx avait plutôt bien compris la nature de l'Etat. Je me rappelle d'ailleurs qu'Engels définit la vision marxienne de l'Etat comme une bande d'Hommes armés de fusils dominant par la force et l'agression le reste de la société. C'est une bonne définition je trouve. 

En conséquence de quoi, lorsque Marx soutient le dépérissement de l'Etat il y tient et y croit réellement. Mais pas forcément comme synonyme d'abolition.
En fait, Marx place le dépérissement de l'Etat comme simple conséquence logique de l'état de fait qui s'installe lorsque la classe bourgeoise n'existe plus (soit lorsque la société communiste est réalisée). En effet, si plus aucun bourgeois n'existe, alors cela implique que tous les membres de la société ont les mêmes intérêts de classe. Autrement dit, comme il n'y a plus de divergences d'intérêt, il n'y a plus besoin ni d'Etat, ni de politique, ni de démocratie. L'unanimité des vues et des intérêts est ainsi réalisée dans l'uniformisation. Au lieu de comprendre que les intérêts des individus ne s'opposent pas et se concilient à travers le libre-marché, Marx règle donc la question par la destruction des intérêts de certains (la bourgeoisie). 

23:06 Écrit par Adrien Faure dans Marx | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg