02/09/2013

Misère du socialisme

Lorsque je vois des membres (et des candidats) de la gauche radicale défendre le petit patronat, en faisant l'éloge du petit patron "honnête et social", je me pose des questions sur l'état du socialisme contemporain...

Certes, que des petits patrons se joignent à la lutte socialiste est quelque chose de très bien, mais de là à se mettre à faire du petit patron un rouage de la société socialiste, c'est littéralement abandonner le socialisme.
Car patronat et salariat sont aussi inséparables qu'en opposition avec le projet socialiste d'une société sans classes.

Misère du socialisme donc...  

16:43 Écrit par Adrien Faure dans Misère du socialisme | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg