29/08/2013

Pour un socialisme critique

« Ce que nous appelons le projet révolutionnaire a été engendré dans et par les luttes des ouvriers, et cela avant Marx (entre 1790 et 1840 en Angleterre et en France). Toutes les idées pertinentes sont formées et formulées pendant cette période : le fait de l'exploitation et de ses conditions, le projet d'une transformation radicale de la société, celui d'un gouvernement par les producteurs et pour les producteurs, la suppression du salariat. »

C. Castoriadis


L'adhésion contemporaine massive des jeunes socialistes et communistes révolutionnaires suisses au marxisme, et bien souvent à ses dérivés léninistes et trotskistes, m'a amené ces derniers temps à commencer à formaliser une réflexion critique sur ces différents courants (et par conséquent à étudier les idées de Lénine et Trotsky).

Comme le lecteur régulier de mon blog le sait, je ne suis pas convaincu qu'un retour à ces courants soit nécessaire, car je considère (grâce à Castoriadis je ne le nie pas) que le socialisme se suffit à lui-même.
Mais quitte à s'intéresser à ces courants, je trouve que nous devons les aborder de manière critique, sans chercher à s'enserrer dans des frontières fixes d'une école de pensée (évitons tout dogmatisme).
Au final, cette approche critique ne peut qu'être bénéfique dans la construction d'un mouvement socialiste réunissant le maximum d'individus autour de fondamentaux communs.

J'ajouterais quand même, que même si le marxisme peut être quelque fois un peu un carcan, il n'en reste pas moins qu'il est clairement un système de pensée fort pratique pour aborder le socialisme, particulièrement à notre époque assez peu politisée. C'est pourquoi je comprends fort bien mes camarades qui pensent que nous avons besoin du marxisme, et qu'un retour à ce courant d'idées est nécessaire pour diffuser le socialisme.



17:26 Écrit par Adrien Faure dans Socialisme critique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg